On me fait souvent remarquer que le magnétisme est un don.

En fait, chez certaines personnes, le magnétisme est plus développé que d’autres, en particulier les gens sensibles, les personnes dans le partage et dans l’amour de leur prochain. Pour moi, je considère que toute personne qui le désire et qui a véritablement envie d’interagir avec les énergies pour le bien-être des autres, à la possibilité de se former et d’apprendre à travailler avec cet outil merveilleux qu’est le magnétisme.

Cet apprentissage permet de révéler et de développer certains potentiels en sommeil.
En fait le magnétisme n’est pas seulement une affaire d’énergie dans les mains. Sa pratique fait également intervenir le mental, le corps, l’ouverture d’esprit, la considération de soi…
Il faut savoir qu’il y a certaines portes de l’esprit à ouvrir afin de percevoir ce que l’on a jamais appris à comprendre, des effets que la généralité des personnes nous indique comme étant ésotérique, magique ou impossibles.

Depuis des millénaires, des hommes utilisent des baguettes pour trouver des sources, à tel point que les experts en géologie, lors de construction par exemple, font appel à des radiesthésistes pour détecter les nappes phréatiques.
De plus en plus d’hôpitaux, de gendarmes ou de médecins font appels au magnétiseurs pour leur rendre service, mais également de nombreux corps de métiers font appel à eux (agriculture, affaires, archéologie…).

Bien sûr, vous pourriez dire que ces personnes sont nées avec ce don, ce qui peut être perçu comme tel parce qu’elles ont découvert cette capacité d’elle-même ou parce qu’une personne leur a expliqué qu’elle en avait le « pouvoir ». Mais en réalité cela peut se travailler également. Cette capacité n’est pas distribuée à la naissance, elle se ressent avec le temps, l’intérêt qu’on y porte ou un déclencheur particulier. Il reste difficile de déterminer les raisons d’un tel ressenti, et de vérifier exactement les résultats qu’apporte le magnétisme. En effet, la pratique du magnétisme est très diversifiée, chacun se sentant plus ou moins à l’aise dans une branche ou une autre (recherche de personne, soin, divination, recherche d’objet etc). De plus, les sensations sont très liés à la façon personnelle d’exercer, aux attentes du praticien, à sa perception de l’objectif… Les scientifiques ont donc du mal pour le moment à déterminer des protocoles d’étude qui rendent les observations acceptables selon les critères de notre science moderne.

Certains auront donc plus ou moins de sensibilité, de scepticisme, d’aptitude, de différences de résultats, mais de la même manière que l’on peut plus ou moins jouer d’un instrument, on peut tous ressentir les effets du magnétisme. C’est pourquoi une formation sérieuse en magnétisme n’est pas basée sur un strict protocole d’apprentissage comme le serait celui d’une langue ou d’un processus de travail sur une machine par exemple. Une formation dans ce domaine relève plutôt de la transmission d’un ressenti par le professeur vers l’élève. Ceci explique l’incompréhension parfois de certains magnétiseurs qui ne savent pas eux-même transmettre leur don. Former quelqu’un dans cette discipline relève plus d’un enseignement comparable à celui que pratiquent par exemple certaines peuplades, basé sur l’apprentissage du ressenti, le développement de l’esprit, le test et la compréhension du résultat, la pratique et son intégration, la parole, le geste… Il ne s’agit donc pas de lire une méthode pour devenir magnétiseur !

Pour moi, le magnétisme n’est pas un don mais une vocation. Hors chacun peut trouver de quelle façon il peut s’approprier cette vocation, il faut cependant que quelqu’un vous en « ouvre les portes ».
Si ce n’était pas le cas, pourquoi aurais-je tant d’élèves qui peuvent en témoigner?

dictum elementum ut libero. pulvinar luctus